dimanche 8 mars 2009

Le Choc d'Agora ...




« Il faut voir le christianisme sous l’angle de l’éternité. 
Il révèle alors une élévation, une richesse, une luminosité, qui grandissent d’autant ».

Novalis.


Le film Agora nous plonge dans un choc politico-religieux … de civilisation  (1). L'histoire se situe après l'incarnation du Christ-Jésus. Un film bouillonnant raconte comment une civilisation raffinée se meurt de ses intolérances et de ses indifférences tout en retraçant le parcours d’une femme passionnée et mystérieuse (Hypathie d'Alexandrie/Egypte, 350 - 8 mars 415) (2) défiant le monde des hommes, leurs croyances et leurs folies : Alexandrie au 4ème siècle, est sous domination romaine. Et la révolte des chrétiens grondent.

Pourtant, la cité Egyptienne bénéficie d’une situation géographique stratégique et de savoirs exceptionnels : carrefour commercial, refuge intellectuel. La puissance et l’ouverture d’Alexandrie éveillent les consciences mais attisent les convoitises … et déstabilise Rome, détenteur du pouvoir suprême … Alors Alexandrie connaîtra le feu, le sang et les premières guerres de religion … Pas de répit pour les égyptiens, juifs, scientifiques, chrétiens, non-croyants … au défi de s’entendre (l'Islam est né un peu plus tard en 570) !
On tente d’unifier et de rassembler ? Mais on répond par des lois extérieures activant le pouvoir sur autrui des uns au sommet de leurs fanatismes et soumettant les autres au défi de se taire ou de mourir …
Au centre, rien ne semble entraver le destin d’une femme (3) à l’esprit noble, sincère et pur qui va s’immiscer dans la folie des Hommes et passer outre ces querelles divinesou presque. Elle est astronome, mathématicienne, philosophe et ... païenne ! (qui signifie : absence de religion). Raffinée, intègre, femme et très belle … elle étudie le système solaire. En gardienne protectrice du Sacré et de la Sagesse (4) , elle protège et délivre son savoir au milieu de ces conflits ne s’offusquant d’aucun partie ou Dieu des uns et des autres car elle a trouvé un Lien qui la relie à Tous les Hommes et au Ciel : l’Amour des Etoiles.
Rien ne doit contrarier ce Fil unique et sacré … et rien ne s’y opposera car bien au contraire de ceux aux prises avec leurs croyances, doutes, religieux, politiques et sentimentaux … la méfiance et le sectarisme n’ont aucune prise sur Elle : à contrario, la connaissance l’a délivrée du mal(e !) -le mal n'est pas l'opposé du bien ou le bien n'est pas l'opposé du mal, c'est selon sa nature/ou son point de vue à la base... mais le fait est : que le bien naît d'une tension extrême et créatrice entre deux forces opposées -et s’ouvre à quiconque veut bien l’entendre et l’écouter car elle incarne avec une Foi intacte, convaincante et inébranlable, Justice, Vérité et neutralité …
Une page d’histoire se tournera et la civilisation des Hommes ne sera plus tout à fait la même : une Héroïne en avance sur le Temps présent était passée par Là !

Un superbe péplum, lyrique et saisissant tant dans le fonds que dans la forme,
qui met à feu et émoustille 2000 ans plus tard, tout un pan de notre foi, obéissance, intégrité ... Il délivre des messages d'une portée symbolique pour le 21ème siècle : indépendance/séparation du spirituel, de la Science, de la Justice avec l'Etat, pouvoir patriarcal, excès politiques et religieux, place du Féminin dans la société, protection du Bien, découverte du mal, protection du peuple, accueil et ouverture aux idées novatrices et pionnières ...

Amen.


(1) Long métrage réalisé par l’espagnol Alejandro Aménabar sorti début 2009. « Agora » : lieu de rassemblement au temps de la Grèce antique.
Ville égyptienne située sur le littoral méditérranéen. 

(2) Puisqu'aucune individualité ne peut être comparée à une autre. N'est-ce pas la définition même de l'individualité ? S'extraire de sa personnalité en apprenant à la maîtriser, et faire en sorte de se "créer" par "l'intérieur" (penser, sentiment, volonté = tripartition de Rudolph Steiner en 1918/1919) ... en fonction de ses origines terrestres et célestes, de ses confrontations extérieures et intérieures ... et puis en fonction aussi de l'époque, de son lieu d'incarnation et enfin, en fonction des autres ... puisqu'on n'est rien sans les autres ... et peut être que la société "machiste" de l'époque avait des choses à transformer sur son rapport au féminin !!
(3) Hypathie, interprétée par la sublime actrice anglaise, Raquel Weisz. "Hypathie ne peut dès lors que nous apparaître comme une femme séduisante à plusieurs égards dépassant le strict cadre de la beauté physique en dégageant ce charisme hors pair de par sa liberté de pensée comme par sa soif de culture le tout couronné par la fermeté de son courage et ce alors que le monde bascule autour d’elle".
(4) La Grande Bibliothèque est un lieu sacré et unique : le savoir y est accumulé depuis des siècles. 400 000 rouleaux sont rangés et étiquetés dans des casiers à l’intérieur d’armoires murales : l’importance de la connaissance y est omniprésente et préservée. Les livres affluent de tous les coins du monde.
L'être humain est devenu depuis un livre fermé. Un livre qu'il doit s'efforcer de (ré)ouvrir afin de rendre la connaissance vivante et accessible à tous. Accumuler des connaissances ne suffit plus. L'accès par le sentiment et dans la chaleur du coeur, est presque devenu indispensable ... pour la survie et le futur de l'humanité. Le doute, l'ignorance et les limites de la crédulité ne sont presque plus permis ... Ressusciter la sagesse tout comme le Christ est ressuscité !



  • Un livre
« Pourquoi Marie-Madeleine n’était pas l’épouse de Jésus »
De John van Schaik (Editions Triades, 2007).